Petit oiseau prend un appétit… d’ogre !

Ceux qui connaissent Doris pendant les repas, l’on souvent vu minauder devant son assiette, souvent manger peu. Bon, il faut savoir que ce comportement était un privilège pour les parents, sans doute un peu trop stressés par les pédiatres qui la trouvaient un peu trop petite et pas épaisse, et puis bon, il y a aussi l’inquiétude que tout parent doit avoir si son enfant mange peu, bref, chez les diverses nounous l’appétit a toujours été là et de qualité.
Serait-ce qu’au final les parents que nous sommes avons finis par se détendre face aux repas, ou que les dents lui donnent l’opportunité de mieux manger, ou que la curiosité de goûter ce qu’il y a dans l’assiette des grands motive la faim, ou les trois à la fois, et bien depuis quelques temps mademoiselle ne laisse pas sa part au chien ! Le plus souvent, on commence par la faire manger avant nous, le soir c’est légume et féculent, qu’elle mange bien. Et puis les parents se mettent également à table, et là, Doris veut absolument goûter  ce qu’il y a dans leur assiette ! Et du coup, elle fait souvent deux repas ! L’appétit est devenu tellement important que le repas se termine depuis un peu plus d’un mois par un dessert : une compote ou un fruit. Alors qu’avant, elle n’avait jamais faim pour un dessert. Du coup, le biberon du soir, éloigné du repas et proche du couché, est de plus en plus boudé ou peu consommé (c’est qu’il n’y a plus beaucoup de place dans ce bedon qui s’arrondit de plus en plus !). La marche qui commence à s’acquérir doit la creuser, ou bien est-ce un pic de croissance, en tout cas elle a bien récupéré de sa baisse de poids de Noël (merci l’épidémie de gastro…) et affiche maintenant un sacré bedon, avec un poids de 9, 20 kg pour 75 centimètres (mesures de jeudi dernier).
La période de convalescence après la gastro de Noël, a été l’occasion de laisser à Doris un peu carte blanche sur ce qu’elle voulait manger (car pendant deux jours ce fut presque une diète complète), et elle ne s’est pas fait priée sur le jambon et le boudin blanc (qu’elle mangea en entier !). Si un jour vous voulez lui faire plaisir : jambon ou boudin. Dès qu’elle en voit, elle ouvre grand la bouche et crie « m’am » de plus en plus fort jusqu’à ce que ça arrive dans sa bouche ! Elle mange de tout, de tous les légumes, de la viande et du poisson. Et parfois, elle arrive à mettre dans sa bouche des morceaux que l’on trouve vraiment énormes, et à chaque fois on la regarde faire en se disant que la moitié va ressortir bientôt faute de place, mais non, on la voit éberlués finir par avaler, sans JAMAIS s’étouffer ! Parfois, on ne comprend pas comme elle arrive à manger avec autant de facilité ces gros morceaux, sans une seule molaire ! Car maintenant elle a des dents (tout arrive à qui sait attendre…) : les quatre de haut et trois en bas. C’est bien pratique pour manger les biscuits, pour couper et déchirer.
Et pour parler des biscuits, ça, elle aime bien (il ne faut pas en laisser traîner car dès qu’elle en voit elle réclame), et surtout les langues-de-chat. Quand on lui demande si elle en veut, elle répond du tac au tac « chat-chat ? » (elle dit « chat-chat » car dans l’un des ses livres je lui chante une comptine qui commence par « chat chat chat, es-tu là ? »). Au départ, elle ne voulait que ces biscuits-là. Et puis maintenant que ses dents sont grandes, elle mange de tous les biscuits, et même les biscottes.
Avant je la faisais manger dans mon assiette souvent. Maintenant, j’en fais une avec une vraie grosse part rien que pour elle. Sinon, je n’ai plus rien à manger !

This entry was posted on Samedi, janvier 19th, 2008 at 19:13 and is filed under Doris grandit. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply