Vous êtes dans les archives dans la catégorie Nouvelles.

23 août 2007

Bon anniversaire la roséole

Et oui le 14 Doris a eu 1 ans. Et bien devinez où elle était à l’heure exacte de sa naissance (le 14 août à 2 heures du matin)…
Tout commence à J-2, en fin de matinée Doris à un bon 38 de fièvre. A midi elle passe les 39,5 et on commence à lui donner du Dolipran à intervalle régulier pour faire baisser la fièvre. A 1 heure du matin (H-25) je finis par appeler le médecin conseil du Samu qui me fait doubler la dose de Dolipran et me dit qu’il faut voir un pédiatre dès le lendemain. La nuit est chaotique, Doris se réveille toute les une à deux heures. Le matin, rendez-vous est pris chez le pédiatre de Belley pour 14H. C’est le pédiatre le plus prêt de notre nouvelle maison, mais on ne le connaît pas du tout. J’y emmène Doris. Là, après un examen rapide, mais mal vécu par Doris, le pédiatre ne trouve rien de particulier : pas d’Otite, rien dans la gorge et aucun bouton. Le pédiatre pense que ça peut être une infection urinaire ou une roséole. Comme il ne voit pas de bouton, il recommande d’aller faire une analyse d’urine au service pédiatrique de l’hôpital juste à côté. J’ai compris plus tard que c’était son service. Bref, j’arrive là-bas, pour un deuxième, un troisième et enfin un quatrième examen que Doris apprécie de moins en moins.
Doris à maintenant plus de 40 de fièvre, j’entame plusieurs discussions plutôt stériles avec un pédiatre et un interne sur le thème « si j’ai bien compris ce que vous comptez faire : vous aller prendre sa température régulièrement ? C’est ça ? Et tant qu’il y a de la fièvre, vous allez continuer à lui donner du Dolipran en attendant les résultats de l’analyse approfondie de l’urine » (l’examen rapide n’a rien signalé d’anormale). J’essaie d’expliquer que prendre la température et donner du Dolipran, c’est dans mes cordes. J’ajoute aussi que pour moi, il est important que Doris rentre au calme dans un lieu qu’elle connaît pour se reposer. C’est qu’avec toute cette affaire, elle a fait une très mauvaise nuit et elle a raté toutes ces siestes depuis 24 H.
Rien à faire, on frise le dialogue de sourd, nous voilà parti pour passer la nuit à l’hôpital (H – 8). Heureusement, j’ai un doudou de substitution, par contre, c’est la galère car je n’ai rien pour lui faire à manger. Doris ne prend toujours pas de biberon, en temps normal, on lui fait donc une mixture à base de lait de chèvre, de yaourt de chèvre ou de brebis et de flocon de céréale pour épaissir le tout pour que ça soit mangeable à la cuillère. Même en oubliant la notion de lait de chèvre, je m’y reprends à plusieurs fois pour expliquer notre recette secrète aux puéres. Finalement, je termine à la biberonnerie (réservée exclusivement au personnel) à me bricoler une mixture avec ce qu’il y a. (Chose amusante, en pédiatrie à l’hôpital de Belley, il n’y a pas de lait deuxième âge. Peut-être qu’ils n’ont que des enfants entre 0 et 6 mois puis entre 1 an et 14 ans.) De toute façon Doris n’avale presque rien, elle entame une grève partielle de la faim. Cette grève s’est terminée aujourd’hui (10 jours après), enfin c’est ce que j’espère car ce soir, elle nous a fait son premier repas complet depuis l’hospitalisation.
En fin de journée, Lydie est passée nous voir après le travail. Après de gros câlins et une rapide sieste dans les bras de maman, il est maintenant temps d’attaquer la vraie nuit, dans le calme légendaire d’un hôpital. Bonne surprise Doris s’endort bien en ne se réveillant qu’une fois avant deux heures du matin. À deux heure du matin justement, Doris a exactement un an, on est réveillé par l’infirmière qui vient prendre la température. Bonne nouvelle, ça baisse enfin ! Je lui demande à moitié endormi de souhaiter un bon anniversaire à Doris. Ce qu’elle fait avant de s’éclipser. À partir de ce moment-là, Doris a fini ça nuit dans mes bras en dormant par tranche d’un quart d’heure.
Au petit matin, fort de la baisse de température de la nuit, on attend le passage du pédiatre de 10 H pour être enfin libéré de ce calvaire. Et à 10 H précise…  Heu 11H40, le pédiatre passe dans la chambre, prend la température et… Pas de chance, elle est remontée. Une liché de Dolipran et on attends le passage du pédiatre de 14 H précise avec un promesse : «  à moins de 38, on sort ».
Contrat remplit, vers 15 H, on a enfin le précieux bon de sortie !
De retour à la maison, un petit coup d’Internet : google + roséole. Réponse unanime : la roséole, c’est 3 jours de forte fièvre et à la fin de celle-là, les boutons caractéristiques de la maladie sortent. Et ça n’a pas loupé, après trois jours de fièvre, les boutons sont arrivés.…
Moralité, Doris n’aura passé que la moitié de son premier jour d’anniversaire à l’hôpital. On ne sait toujours pas pourquoi les pédiatres écartaient la roséole à chaque examen sous prétexte qu’il n’y avait pas de bouton alors même que la fièvre était toujours là. Et dans le même registre, on se demande encore si on s’est retrouvé bloqué à l’hôpital pour remplir un service quasi vide, pour une méconnaissance de la roséole, ou pour de la prévention tout à fait normale…
Bilan de la première année : une roséole, pas d’autre maladie, mais quelle aventure ;)

23 août 2007

Carton

Drôle de titre pour une news, mais il va prendre tous son sens…. C’est un peu le chantier chez nous. On a acheté plein de meubles et il y a régulièrement des séances de montage dans le salon.  Et  hier justement, c’était atelier montage.  Doris s’amusait comme d’habitude avec les cartons d’emballage quand Lydie lui a dit : « non Doris, on ne met pas le carton à la bouche ». Et là Doris de répéter : « Caaaaaarton, caaaarton ».  On a été scié, depuis on lui fait répéter régulièrement le mots « carton » :)
Avec maman, ça fait deux mots qu’elle maîtrise. Bon pour « papa », il va falloir encore patienter un peu car elle a du mal avec le son « pe ». Elle a réussit à le dire deux fois, mais on entend surtout des « tata » et plus régulièrement « tati ».

23 août 2007

Tiens donne

Depuis 3 – 4 jours, Doris vient de se mettre au « tiens, donne ». Elle donne un objet pour le récupérer aussitôt. Elle adore ça. Elle utilise un mots assez proche de « tiens » pour demander qu’on lui rende un objet ou pour le donner.
En plus de ça, elle commence à montrer des objets du doigt. Ce soir, elle nous à même fait un truc d’enfer : elle a montré notre photo de mariage sur un cadre qu’on n’avait encore pas accroché au mur et elle dit « maman, tita ». Et oui car pour l’instant, « papa », ce n’est pas encore ça, c’est plutôt « tati » ou « tata ».

14 août 2007

bougie1moyen.gif

23 juillet 2007

Ca y est, elle marche à quatre pattes !

Depuis quelques jours, Doris arrive a se déplacer seule. La technique est particulière (un genou à terre, et l’autre pied à plat sur le sol), mais cela fonctionne. Et depuis hier, elle arrive à se mettre debout à l’aide d’une chaise ou d’un meuble toute seule, avec une grande facilité. Il lui est aussi facile de s’asseoir, et depuis ce matin plus besoin de tendre les jambes, les fesses qui pointent vers le sol et finir en équilibre sur les talons : la miss a compris qu’en pliant les genoux, c’est bien plus facile ;-)
Une première aujourd’hui : se baigner dans une grande piscine de grands ! C’est la première fois que cela marche, la dernière fois, il y a trois mois, l’approche de la grande eau n’a pas du être la bonne. Cet après-midi, Doris n’a pas rechigné à mouiller petons, jambes, fesses, ventre, bras… et à jouer dans l’eau, en allant jusqu’à presque se jeter bras en avant !
Le babille commence à être très riche : les « dideunes » remplacent les « dadounes », son cri de guerre, le célèbre « koy koy », se fait rare, les « babas » succèdent aux « dadas », les « ma maman » sont de plus en plus nombreux. Et les « AAAH » proches des ultra-sons se multiplient aussi, messages très efficaces de l’impatiente ou de l’exigence de mademoiselle.
Autre nouveauté depuis hier soir : je fais avec Doris des petits concerts de chant à capella. Pour bien comprendre comment le son peut sortir de ma bouche (des simples « aaaaah » sur différents tons), Doris m’attrape la bouche et fait comme moi, mais pas encore sur tous les tons. Le papy Paul, voyant hier soir cet intérêt pour la musique, lui joua quelques comptines sur le piano. Doris a bien aimé, et aussi taper un peu sur le clavier. Un grand moment de musique !
« Quel bébé adorable ! » vous dites-vous. Adorable oui, mais Doris reste un bébé, avec les petits inconvénients qu’on leur connaît… car qui dit débuts de l’autonomie, dit débuts des angoisses nocturnes ! A cela, ajoutez un nouveau logement (chez les grands-parents charbinois), un papa absent car encore sur Grenoble, et une nouvelle nounou… rien de plus normal qu’un sommeil un peu perturbé ! La reprise d’activité professionnelle de maman se fait donc avec des besoins en sommeil plutôt insatisfaits, mais ça se fait. Et quand ces petits soucis de dodos se seront tassés, on sait que d’ici deux ou trois ans, ce sera le tour des terreurs nocturnes… La routine des parents, quoi ! ;-)

10 juillet 2007

Bye bye Martine

Vendredi, c’était le dernier jour de Doris à Grenoble avec Martine sa nounou. Doris aura été dorlotée par Martine et toute sa famille pendant près de 6 mois. La bas, on l’a surnommée Grignette tellement c’était un poids plume à son arrivée. Après ces 6 mois de bons petits plats et de tendresse, Doris mange maintenant comme quatre et commence à porter du un an (c’est la première fois qu’elle met des vêtements de son âge). Merci beaucoup Martine et sûrement à bientôt à Culoz :)

13 juin 2007

Elle a dit « Maman » !

Lydie a trouvé un nouveau travail : Médiateur culturel, chargé des publics au musée de Brignier-Cordon dans l’Ain. En attendant que je puisse me rapprocher et envisager un déménagement, c’est moi qui gère Doris à Grenoble.

Ce matin voyant que Lydie n’était pas là, Doris m’a prononcé un magnifique « maman » extrêmement bien articulé. Ces derniers jours elle était capable de faire des « mamamama », mais là c’était bien un « maman » !

En dehors de ça toujours plein de changement, Doris chausse maintenant du 18 ce qui lui permet d’avoir de vraies chaussures de marche. On lui tient toujours les deux mains pour la faire marcher, mais ça démarche est de plus en plus sûr et de plus en plus rapide. Des fois ça ressemble plus à un footing qu’à de la marche ;) La marche, c’est vraiment son truc, ça fonctionne même souvent mieux que les bras quand ça ne va pas. D’ailleurs, elle dit « tsa tsa tsa !!! » quand elle court partout ce qui dans son babil signifie qu’elle s’éclate.

Et les dents dans tout ça ? Et bien, toujours rien ! Doris aura 10 mois demain et pas une seule dents par contre, elle nous a fait un joli pique de croissance qui l’a propulsé à presque 7.5 kg.

29 mai 2007

Sit down

Ca y est Doris s’est sérieusement penchée sur les techniques pour tenir assise. En fait, depuis 15 jours elle s’est intéressée au problème. Elle tient maintenant assise toutes seules. Hier soir, elle tenait même toute seul assise dans son bain sans l’aide d’un anneau. Bien entendu, on ne va pas la laisser seul dans le bain, par contre ça nous permet de la poser un peu pour qu’elle s’occupe toute seul comme une grande, dans son parc flambant neuf.

à

En dehors de ça, pour le pont de l’ascension, on est descendus à Anthéor on a fait quelques photos et vidéos terribles. Dès qu’on trouve 5 minutes, promis, on les mets en ligne.

14 mai 2007

64 cm pour 6,3kg

Vendredi dernier, Lydie a emmené Doris chez la pédiatre pour sa visite du 9éme mois. Elle mesure maintenant 64cm pour 6,3kg.

Par ailleur, elle chausse maintenant du 16 et on peine à lui trouver des chaussures pour la marche qui commence dans le meilleur des cas au 17.

2 mai 2007

Assis, debout…

Il y a quinze jour, Lydie a emmené Doris pour une visite médicale du réseau naître et devenir (http://www.naitreetdevenir.org/). C’est un réseau médical qui propose aux parents d’enfants nés prématurés un suivit personnalisé. En fait, c’est surtout un moyen de faire une véritable étude sur les enfants prématurés de la naissance jusqu’à ces 7 ans. Chose qui n’a semble t’il jamais été faite jusque là. Pour plus d’informations, je vous renvoi vers leur site web.
Dans le cadre de ce suivit Doris a déjà effectué plusieurs tests (un électro-encéphalogramme, des tests d’audition…). Ils ont bien sûr été réussis avec brio :).
Pour ces 6 mois d’age corrigé, Lydie a donc emmené Doris voir une pédiatre du réseau. Cette visite est un moment pour faire le point sur l’écart entre les acquis de l’enfant à son age corrigé par rapport à ce qu’il devrait être à son age réel. On savait que c’est entre le 6éme et le 12éme mois d’age réel que l’enfant prématuré refait totalement son retard. Cette visite nous intéressait donc au plus au point.
Et je ne fais pas durer plus le suspense, voici ce qu’il ressort de cette visite :
- Doris est un peu petite pour son age, mais il semble que ce soit plus un caractère familiale qu’un quelconque retard. Et oui ce qui est petit est joli :)
- Doris est plus intéressée par la marche que par la position assise. Elle est nettement en avance pour la marche y compris en age réel et elle très légèrement en retard pour la position assise.
- Enfin d’un point de vue neuronale et moteur, elle maîtrise parfaitement la gestion du pouce opposable comme une petite fille de son age.
Un bilan très positif donc puisqu’elle a presque rattrapé bien avant ses un ans ces 6 semaines d’avance.

« Previous · Next »